GlamGlow ! C’est nouveau ! (review)

Hello les copines !

Chose promise, chose due, voici une petite review d’un produit annoncé comme le IT masque de la rentrée, le GlamGlow, from Hollywood s’il vous plait ! J’ai eu deux mois pour le tester avant sa sortie en France, chez Sephora exclusivement.

Déjà on va commencer par l’apparence.

Sérieusement, vous connaissez beaucoup de produits qui vous susurre Hello Sexy dès son ouverture ? Moi non plus. J’adore. Le packaging est magnifique, blanc avec un liseré argenté, tu vois que le produit est pensé pour faire de toi la star de ta salle de bain (pour moi c’est pas trop difficile, je ne la partage pas), c’est tout sauf cheap et d’ailleurs ça frise le suremballage, mais soit. C’est vraiment hollywoodien et t’es contente d’avoir ta petite boite précieuse dans les mains, tu te sens déjà belle comme Scarlett Johansson t’as très envie de le tester.

En revanche tu déchantes quand tu arrives au pot contenant la boue magique. Il est tout petit (34g). Alors vous allez me dire « C’est pas la taille qui compte », mais à une cinquantaine d’euros le produit, si, un peu quand même. Il a intérêt à être efficace ce masque…

Maintenant, le produit !

Il faut savoir que GlamGlow, en France, c’est que deux produits :

SUPERMUD™  et YOUTHMUD™.

J’ai choisi la Supermud, le soin purifiant.

glamglow4

Tout d’abord quand tu ouvres tu vois un truc grisatre/noiratre qui ressemble à de l’argile avec des petits grains de charbon. Et pour cause !

En voici la liste des ingrédients (avec les petites infos de Sephora) :

– ACNECIDIC-6™ : 4.4% ; un mélange de 6 acides AHA et BHA pour aider à combattre les problèmes de peaux et resserrer la taille des pores, améliorer l’élasticité de la peau.
– Activated-X Charcoal : Charbon extrêmement absorbant qui absorbe les substances toxiques jusqu’à 500 fois son volume et ce pour tout type de peau.
– K17-Clay™ : Extrait et emprisonne les excès de sébums, bactéries et toxines. (NB.: clay = argile)
– TEAOXI™ : Délivre quotidiennement de l’Eucalyptol naturel, de l’huile de linalol et de puissants flavonoïdes directement dans la formule à partir de morceaux de feuilles d’Eucalyptus.

Gros plus : la formule est paraben free donc peu de risque d’allergie pour les personnes sensibles aux parabens. Il est également étudié pour être utilisé sur les peaux réactives (dont la mienne fait partie).

Mon expérience

Le GlamGlow promet de cibler vraiment tout un tas de problèmes de peau : points noirs, inflammations, boutons, rougeurs, feu du rasage (le produit est mixte) et mêmes poils incarnés (il est mixte on vous dit!).

Etant donné que depuis un mois, sur les deux où j’ai pu les tester, je fais des boutons dus au stress, je ne vais pas m’étendre sur l’effet antiboutons des AHA (que j’ai déjà dans des crèmes anti-acné et qui ne fonctionnent pas pour le moment étant donné l’origine de celle-ci).

En revanche, on va voir ce que ça donne pour les points noirs et les pores dilatés.

Pour commencer, son application se fait en couche très fine soit sur l’ensemble du visage soit sur des zones ciblées. En ce qui me concerne, ayant une peau mixte, j’ai choisi de ne traiter que la zone T. Après application, vous devez laisser poser entre 5 et 10 minutes tout comme pour n’importe quel masque à l’argile. Ça commence à sécher dès la première minute et la différence avec un masque classique à l’argile c’est que vous commencer à voir vos pores apparaître comme s’ils absorbaient des substances du masques, mais c’est le contraire, c’est le masque qui « aspire » du gras et des toxines de vos pores, et j’ai pu le constater sur des zones bien spécifiques à la localisation des points noires : les arrêtes du nez (et un peu le menton, aussi). Baaah. C’est normal, c’est le charbon actif qui… agit, en corrélation avec l’argile.

Le résultat : pas miraculeux comme certaines blogueuses l’ont vécu, pas d’éclaircissement du teint (en même temps, vu comme je suis blanche, on ne verrait pas la différence), mais pas non plus de photosensibilité (la notice dit que ça peut arriver… soit ! Les AHA jouent beaucoup sur ce point), ni de sensibilité quelconque. Par contre une petite sécheresse que j’ai habituellement avec les produits contenant de l’argile.

En revanche, au fil des utilisations et malgré mes séborrhées de stress (la peau grasse quoi), j’ai vu une légère amélioration au niveau de l’apparence des points noirs.

Je n’ai pas été totalement convaincue mais peut-être faut-il utiliser le soin avec le gommage Youthmud pour plus d’efficacité.

Alors ? Allez vous l’essayer ?

La santé passe aussi par la peau (ah bon, c’est copyrighté?!)

Très souvent, on me donne l’âge de ma sœur. Pas celle qui a 25 ans, non, celle qui est née en 1990, et qui n’a pas encore 23 ans. J’en ai 27. Et 28 en août même. Et bien sûr, celles et ceux qui tombent des nues me demandent souvent comment je fais pour faire si jeune.

Ne croyez pas que c’est de la vantardise, j’avais vraiment l’air bien con quand on m’a demandé ma carte d’identité à l’entrée d’un club de Bangkok interdits aux mineurs de moins de 20 ans (et que, bien sûr, je ne l’avais pas sur moi, pourquoi à mon âge aurais-je besoin de ma CNI pour aller en club, mais heureusement, mes copines avaient la leur).

Et en comparant mes photos d’il y a 4/5 ans et aujourd’hui, force est de constater que je n’ai pas énormément changé (mais je les vois les petits cernes qui s’installent!).

Alors comment je fais ?? Et bien… Premièrement, je n’ai pas vraiment eu le choix : la génétique y est pour beaucoup. Je suis blonde, à peau (très?!) claire et aux yeux bleus, j’ai les joues plutôt pleines (j’ai presque gardé mes joues de bébés !). Donc de base, ce sont des critères qui vous donne un air juvénile.

En revanche, il y a des trucs que chacune peut appliquer qui fait partie intégrante de ma routine beauté. Y’a plus de secret, tout le monde sait que le secret de la jeunesse éternelle c’est l’hy-dra-ta-tion (sinon la fontaine de Jouvence se serait appelé le cépage de Jouvence si ça ne venait pas de l’eau !). Et ça, je ne m’en prive pas ma bonne dame !

Ayant de base une peau très fine, claire ET sensible (sinon c’est pas drôle), j’ai de fait besoin d’hydratation sinon ça tire.

La routine matin : nettoyage du visage avec la lotion nettoyante Cetaphil, haute tolérance, elle évite que le calcaire de l’eau ne me la dessèche complètement et que je ressemble à crocodile dundee dès la sortie de la douche et enlève les impuretés en douceur mais sans graisser non plus (et donc convient à tout type de peau). La seule chose que je lui reprocherai, ce sont ses parabens. Ensuite une bonne couche de crème Hydrance UV Riche de chez Avène pour les peaux sensibles et en manque d’hydratation; je la considère comme un vrai plus pour protéger sa peau du vieillissement ! Il existe également une version UV légère et une version riche sans protection UV.

Hydrance Riche UV

Adaptez votre crème à votre type de peau. Oui, même si vous avez la peau grasse il faut l’hydrater. Celle-ci ne vous convient pas mais un gel hydratant oui, comme par exemple Effaclar Mat chez La Roche-Posay : il hydrate tout en resserrant les pores, ou Effaclar H qui hydrate et apaise les peaux grasses agressées par les soins dégraissants (genre votre crème anti-boutons aux AHA).

Hydrater et nourrir sa peau c’est différent. L’hydrater c’est lui donner de l’eau et la nourrir c’est lui donner du gras. La relipider. Ça c’est pour les copines à peau de croco comme moi ! Donc, copines à peau mixte ou grasse, pensez à prendre une crème qui donnera toute l’eau que le froid vous a fait perdre (et que la peau s’efforce à remplacer par du sébum, miam !)…

La routine soir : je commence par un démaquillage à l’eau micellaire, même quand je ne me suis pas maquillée ! Bah oui, la pollution, le sébum de la journée, tout ça, ça encrasse la peau et les pores. L’eau micellaire est moins obstruante que les laits et évite donc la prolifération des comédons (ouiii, ces affreux points noirs, baaah).

Ensuite, une fois par semaine, pas plus car ma peau est sensible, je fais un gommage doux. Encore une fois, adaptez le gommage et la fréquence du gommage à votre type de peau. Pas plus d’une fois par jour pour les peaux grasses et épaisses, et une à deux fois par mois maximum pour les peaux dites intolérantes (sinon bonjour la cata, les séborrhées de protection et les plaques rouges !). Et pour finir, la traditionnelle crème de nuit. La nuit, tout votre corps travaille pendant que vous roupillez. La peau en particulier. Elle profite de ce temps « d’inactivité » pour renouveler les cellules donc c’est le moment de lui donner tous les nutriments dont elle a besoin !

Pour ma part, j’utilise la crème de nuit l’Oreal Repulpeur Collagène, une formule bien riche et sans paraben qui fait que le matin ma peau est toute douce et repulpée. Cette protéine naturellement présente dans le corps assure l’élasticité et la cohésion entre les cellules et donc, la jeunesse de votre peau. Ne vous inquiétez pas, mettre une crème au collagène ne vous fera pas ressembler à Lana Del Duck, les crèmes ne pénètrent pas le derme et ne feront pas gonfler votre visage (si, si, je connais des personnes qui croient que mettre du collagène sur la peau, c’est comme en mettre dans les lèvres… mais je suis une fille sympa, je donnerai pas les noms :D).

repulpeur

Voilà pour la routine cosmétique. Mais sinon, on ne vous le répètera jamais assez : DO NOT FUCKING TAKE SUNBATHS ! Les UV, ça tue tout et ça pénètre le derme. Ne vous exposez pas et quand vous le faites, n’oubliez pas d’adapter le SPF à votre type de peau, ou phototype. Peaux nordiques à hispaniques, c’est le type 1, 2 à 3 : SPF 50. Peaux hispaniques à maghrébine, phototype 3, 4 à 5 SPF 30, peaux maghrébine foncées à peaux noires, phototype 5 et 6 SPF 20 à 10. Oui les peaux noires prennent des coups de soleil (hein Matthieu !!). Et ne croyez pas que parce que vous avez « la peau mate », vous pouvez vous permettre de zapper le SPF 50, si vous êtes de type européen/caucasien, vous êtes de type 1, 2 ou 3, c’est écran total, épicétou. (et se protéger n’a jamais empêché de bronzer, hein les crêpes ! 😉 )

phototypes

Ma petite préférée qui protège et aide au bronzage :protect and bronze

Et pour la petite dernière : arrêtez de fumer ou mieux, ne commencez jamais. C’est le meilleur moins de prendre 10 ans dans la tronche en moins de deux 😉 ça et la bibine.

no smoking

Et vous, c’est quoi votre routine ?

L’incroyable décision d’une Reine de Beauté

Il y a quelques semaines, un ami posait, légitimement choqué, la question de la mastectomie préventive contre le cancer du sein, touché de près dans sa famille par la question. Il lui semblait inconcevable de vouloir se mutiler volontairement pour éviter une possible maladie.

Dans ma famille, il y a également déjà eu un cas de cancer du sein. Et pour d’autres raisons qui me sont propre, je peux également me poser la même question : doit-on enlever une partie, visible ou non, de soi-même pour tenter d’éviter la maladie (et ne pas être sûr du résultat futur : conséquence de la chirurgie, l’émergence d’un cancer sur une autre partie du corps, etc.) ?

C’est la question à laquelle a dû répondre Allyn Rose, 24 ans et candidate à Miss USA.

Allyn Rose est jeune, belle et semble être une candidate tout ce qu’il y a de plus ordinaire à Miss America 2013. C’est sans compter l’incroyable décision de se faire enlever les deux seins par mastectomie pour se protéger des risques du cancer car elle est porteuse d’un gène la prédisposant très fortement à ce type de cancer.

La belle jeune femme témoigne « Ce qui est bien avec ce concours, c’est qu’il nous donne les moyens de nous exprimer. Je me suis dit, quelle incroyable façon de diffuser mon message, de partager l’histoire de ma mère ».

En effet, sa mère (à 51 ans) et sa grand-mère avant ont succombé toutes les deux à un cancer du sein. Allyn a 80 % de chance de contracter elle aussi un même cancer. « Quand ma mère est morte, mon père m’a parlé de cette chirurgie. J’ai d’abord été choquée, je lui ai dit Papa, c’est une mesure radicale, c’est très lourd, tu sais je suis une jeune fille, je suis belle, je ne veux pas faire ça. Et il m’a regardée droit dans les yeux et m’a répondu « je ne veux pas que tu meurs, comme ta mère ». »

La jeune femme va se faire poser des implants après l’opération et devra attendre jusqu’en janvier 2014 si elle veut avoir toutes ses chances à l’élection de Miss America.

Quelle est votre opinion ? Doit-on vraiment enlever une partie de soi, qui plus est, un symbole de sa féminité pour tenter de sauver sa vie ? Où doit-on être plus modérée, comme en France, où l’on privilégie la proposition aux population à risque d’un suivi bi-annuel, mammographie de surveillance à la clé pour traiter dès les premiers signes de la maladie et éviter un traitement lourd (qu’il soit chirurgical ou chimique) ? En tous cas, la question est posée !

 

On souhaite à Allyn bonne chance et surtout bonne santé !